5. janv., 2015

Décryptage d'un monde en mouvement

"En période d'obstacles, le mode de lecture chinois recommande la circonspection et la prise de recul. S'agiter davantage, essayer de forcer le cours des événements par la force ou la volonté ne sert à rien. Tant que le monde est épouvantable à l'extérieur ou que nous ne comprenons pas ce qui bouge, notre principale ressource est de nous caler sur ce que nous sommes, sur ce qui va nous permettre de survivre, de ce matin à cet après-midi, d'aujourd'hui à demain. Il ne s'agit ni de désespérer, ni de nous activer dans tous les sens, mais de nous rendre disponibles à ce qui, dans notre enveloppe physique, nous permet de nous ancrer, de renouveler nos cellules, de travailler notre propre qualité d'énergie. En Occident, nous avons tendance à nous penser plus puissants que nous sommes. De là naît tantôt une illusion de grandeur, qui nourrit beaucoup d'espoir, tantôt celle d'être abandonnés par l'univers, qui nous porte au désespoir. L'éclaircie ne viendra pas parce que nous le voulons, mais parce qu'elle vient. L'important est de tenir jusqu'à son arrivée, en faisant ce qu'il faut, chacun à notre niveau. C'est ainsi que nous nourissons les conditions de l'espoir. C'est un placement relatif, individuel, dans un système en mouvement perpétuel."

Marie-Pierre Dillenseger propos recueillis par Réjane Ereau (Inexploré)